ce que vos yeux vairons

Liane, désincarnée

Au bout de la piste, la ruelle

Unidimensionnelle, polie
Jusqu’à la transparence,
Une surface plane, d’une existence mince,
Si elle était une couleur, je dirais
Sourde, étouffée, grise,
L’odeur de synthèse

Bidon, jaune
Dissolution d’une orchidée
Ombre de vanille

Pivoine

Froisser un foulard,
Ses pétales rouges, odeur
Sucrée d’une nuque

Homme et rabane

Jpeg

Auf die Spuren

Hier, polynésienne. La ruelle
Le tiaré
Aujourd’hui, vent frais, mais tiède, nous sommes en juillet
La laverie, porte grande ouverte, comme ces échoppes médiévales, aux éventaires qui débordent sur la chaussée
Un homme attend sur une chaise, un bidon bleu, à son côté
Vent frais
Une seule machine tourne, par le hublot, un brassin de linge, l’écume blanche de la mousse
Ils se font face.
L’un somnole, l’autre roule son oeil énorme de Cyclope
Une odeur de lande sur la mer, stylisée, des rangs de fils où des draps se soulèvent, voiles carrées, ou latines, flotille d’une lessive idéale, qui sèche, au vent
La machine finit son cycle, l’homme se lève.
Une femme entre, un gros sac de vêtements, et pendu au bout du bras, un bidon, d’une couleur inusitée.
Je reviendrai sur mes pas

Myologie

Chimie d’un sourire, non, tout ne se pèse pas
Son autopsie. Soulever les chairs, jusqu’à en
Atteindre l’âme, son infime pièce de bois,
Une astragale, cheville ouvrière d’un violon,
Le visage est un instrument, une montre à complications.
Ô énigmatiques rouages des commissures

Mascaret

P_20190720_211910_PN_1_1_1_1_2_1_2_1

Dans l’immensité

Pendule remis à
Foucault, par quel Titan, pour
Circonscrire l’oracle

Nuage, main de Bouddha

Jpeg

Rue Chèvremont

Andains de la pierre
Jaune de Jaumont, sonne la Mutte,
Baille le Dragon

Dieu, aliéné

Le torse, les cuisses
Ceux d’un Centaure, le regard,
Animal craintif