ce que vos yeux vairons

Mois : novembre, 2016

Drums

Jérôme.

Le fils de Simone et Benoît.

Simone.

Heimat

Dans un sac en papier.

Son pull déchiré.

Une ordonnance.

Des analgésiques.

« Quand vous aurez mal »

« Vous aurez mal »

René la trouva sur le pas de la chambre.

Elle attendait.

Il prit le chemin de Saulcy.

Il ne dit rien.

« Je ne reste pas » dit Hedda

Elle mit la chambre en ordre.

Récupéra Satan.

« Ramène moi à la maison »

« Laisse » dit Irène à René.

Elle prit le volant.

Hedda retourna en arrière.

Décembre

S’amenuisent les jours

Comme une peau de chagrin et

Là. Sainte Lucie.

Le destin de Babette

Dans un coin

Sombre

Et sage

Du monde.

Une maison.

Dans la maison,

Le tombeau

D’un oiseau.

Une caille

En sarcophage.

Lundi

L’un dit qu’il est bon

De brûler, commencer par

Du papier, finir

 

Si possible par

L’enfer d’une bibliothèque,

Ou son paradis.

Nocturne

La forêt s’est tue.

L’oiseau-lyre, l’anche de son bec

Dans le vent tremblé.

Roberval

Equilibre

Equi-libre

Et puis libre.

Ou dépendant d’un fléau.

Ubi quo unde quoi

Un sabir lointain,

Un patio romain, le rêve

D’une rive. Samain.

Les parenthèses

Que peut

Une paire

De tenailles,

Minces fétus

De paille

Contre

La rupture.

Deux virgules,

A la lutte.

Contre

La lézarde,

Le point

De fracture.

Les mots

En cercle

Se libèrent

De leurs fers.

Un séisme

De phrases,

Comme une lave,

Les mots

Incontinents

Dérivent.

Un univers

En expansion,

Jusqu’à la chute.

Jusqu’au point

Final.

 

 

 

 

 

Pomme d’ambre

Les autres se sont

Tus, leurs mains, leurs yeux, sentir

Qui vit. Une odeur.

L’île

Et si de là bas

Ne restait qu’un point, comme une

Empreinte. Un parfum.

L’herbier

Recluses sur la

Lande comme des algues en mal

De mer, les fétuques.

Manège

Posé du bout des

Ailes sur le vent, l’oiseau,

Ses ronds dans le ciel.

Miroir

Tête à tête avec

La nuit, ses noirs plus bleus que

Gris, une cigarette.

Surplomb

Au ras de la pierre,

Là où commence l’eau, où

Se terre la terre