ce que vos yeux vairons

Mois : février, 2017

Mon destin de journée de m… qui finit mieux qu’elle n’avait débuté

Etre de peu de
Foi, sans chauffage tu n’es
Rien. Et il est là.

Mon destin de journée de m…

Je me moquais hier
De dimanche, j’aurais mieux fait
De fermer ma bouche.

Mon destin de veilleur de nuit

Un roi solitaire
En ses terres endormies,
Un téléphone sonne.

Mon destin de jour de la semaine

Je compatis, ô
Frère Dimanche, tu traînes
Ton ennui, la pluie.

Mon destin de purge de radiateur

Chasser l’air et son
Eau noire, se défaire de la
Lie. Et bleu de chauffe.

Mon destin de camisole de force

Refermer sur elle
Mes bras de drap, comme les ailes
D’un oiseau de proie.

Mon destin de couleur jaune

Réveiller le ciel,
Ses bleus endormis, à coup
De coups de soleil.

Mon destin de dernier album de Léonard Cohen

Advienne que pourra
Attendre qu’il revienne et
Répéter les choeurs.

Mon destin d’oiseau migrateur

Un romanichel,
Un aviateur qui suit le
Soleil. Le grand cirque.

Mon destin de pétale de joue

Son sang neuf à peine
Rougissant, une promesse,
Sa germination.

Mon destin d’air tiède

Couler le long des
Dos, et passer sur les nuques.
Frissons de printemps.

Mon destin de couleur verte

Croître le long d’un
Brin d’herbe, jusque sous les toits
Du ciel. Bleu soleil.

Mon destin de soleil pâle

Prendre des couleurs,
Laisser croître les jaunes les
Plus violents. Chaleur.

Mon destin de jardin d’hiver

Garder l’été comme
Un oeuf entre mes serres et
Au chaud le couver.

Mon destin de mois de février

Un roi se meurt et
Le printemps prend sur moi son
Elan. Carnaval.