ce que vos yeux vairons

Mois : octobre, 2018

Terre, fraise

L’akène.
Aussi infime qu’un grain de pavot,
Voilà le monde,
Tout en lui me suffit,
Ses minuscules hémisphères,
Sa toute petite géographie,
La pulpe du fruit,
L’éther, chair
Agate-grenadine
D’un univers.

« Meurtre dans un jardin anglais »

Beau buis, petites
Feuilles, oreilles de souris,
Pauvre buis brûlé,

Ton odeur amère
Se meurt, le jardin est un
Tombeau au cordeau.

Dans l’arène

La détente.
Tout le bestiaire, des muscles en vagues noires, la moire de la peau en sueur, il faut un animal fin, ocelot, pour soutenir la comparaison, un joueur-caracal, avec un nom d’amulette, je me surprends à tâter mon cou, rien n’y pend, plume de paon, dent de tigre, le parquet crisse, match de basket.

Petite pyrolyse

À pelles pleines,
Je n’ai pas la mémoire de la recette,
Dans la gueule du four,
Enfer d’une loco,
Du sel, de l’eau, cendre de chaux,
Du plomb, mines de crayon,
Cuisson
J’espère, un pain de verre.
Miettes de tessons.

Vie de lièvre

Tu relèves le buste,
Tu relâches ta foulée,
Les derniers mètres, athlète,
Tu renonces à les vivre,
Loudspeaker,
Ta mort annoncée,
Tu rapetisses,
Avant la ligne d’arrivée,
Un corbillard
S’avance sur la cendrée,
Mais le choeur bookmaker
Des pleureuses
N’a pas parié sur toi,
Tu repars.
Au vestiaire,
Tes lauriers sont coupés.

Mon oeil, je ne dirai rien

Comme d’un rêve
Comme dans un rêve,
Un matin, je me lève,
Je soulève le rideau,
Et le futur est déjà à la fenêtre,
Le soleil, si proche, qu’il n’est plus, comme hier encore, ce petit trou de cigarette sur le ciel, il n’y a plus de ciel, juste une forge rouge, et les yeux fondent et crèvent.
Je laisse retomber le rideau, il brûle dans ma main.
Je ravale ma langue sentencieuse, qui cloque déjà sur « Le pire est toujours certain »

Peintre en châtiment

Tous les coings-crevures ne finissent leur vie de fruit blet contre un mur, l’étoilant d’un crépis de brisures bistre.
Il y a ceux aussi, fendus, dont les crevures marron les apparentent à des hauts-de-chausse Renaissance.
Alors,
La cuisine se fait office, sur la table, les coings, et leurs vertugadins, patientent,
Voilà qu’entre Arcimboldo, et sa feuille.
Sa lame brille.

Riechen, reichen

Du coing, faire une pomme d’ambre.
À quoi bon.
J’envoie le fruit, projectile contre un mur.
Sa pulpe, or et vert, un molard, oeuf de cent ans.

Ne saurait, ne saurait… quoi ? Non, coing

Sans roi
Sans bateau
Corsaire à quai,
Dans la cale de la maison,
Un entassement de boulets,
Pyramidions, dont l’or
Irradie,
Dans la pénombre, un trésor,
L’odeur, suave Circé,
Des coings,
Dans un coin, un chapelet
D’oignons,
Lutte inégale,
L’exhalaison d’aisselles mal lavées,
Emportée,
Penser au sillage subtil
D’une bonnetière de noyer,
Porte entrouverte,
Même la lavande,
Ni la lavande,

Bail emphytéotique, et autre truc psychopompe

Si je mourais un jour, on peut rêver, j’aimerais que l’on m’enterre dans le coin d’un film d’Aki Kaurismäki.