ce que vos yeux vairons

Froid

La pluie, sur le marc
Roux des feuilles. Je verse mon
Café dans l’évier

La statue a froid

S’enroulent autour de
Son cou les anneaux de plume
D’un boa. Moineaux

Voie lactée, grenadine

Une tranche de radis
Daikon, une bougie, cuisine,
Anneaux de Saturne

Il gèle, Igel

Ère des êtres qui
Se roulent en boule, hérisson,
Les autres grelottent

Résultante

Son fil aiguisé
Par l’eau froide et coupante,
Racine, wasabi

Ici, le raifort
Élément de terre, fils d’une
Gangue, ventre de glaise

Les râpes

Gros trous, céleri
Peau de requin, wasabi
Les carottes sont cuites

Filaments

Boule de céleri
Boule de papier, passées à la
Déchiqueteuse

Reconstituer
La rave ? Je l’ai mangée. Le
Poème m’a nourrie

Pêche miraculeuse

Criée silencieuse
Quel sera l’ergastule du
Jour. Voir le vivier

À l’air libre

Entre les barreaux,
L’espace d’une tranche de main,
Le dos d’un livre

Les-gens-des-bancs-qui-lisent

Secouent les pages, rêvent,
Un personnage s’assoit à
Côté d’eux. Place, libre