ce que vos yeux vairons

Catégorie: Non classé

L’été, jusqu’au bout de l’escalier

JpegLes troènes se mettent

En marche, sweet dreams are made of

This,  leurs interlignes

L’empreinte

De quel métal est
Fait ton or, sceau-cylindre
Que tu as perdu

Glauque

Le poivron rouge, et
Vert. Regard primaire, mais la
Photo est binaire

Pas mûre

Melon

Anachroniques

Tu ouvres l’Aurore
L’aube a un nom de princesse
Ivoire des nouvelles
Du jour

Bud

Bouteille de bière
De bord de mer démantelée,
Un tas de billes baroques, ambre au sel,
De ces verres sablés par des années de lave-vaisselle
Et elles ne tournent pas rond, calots voilés.

Reconstituer le flacon
Un panier percé, vacuité, trop de bouts manquent

Un enfant au rouet, carde le goémon,
Il cherche la lettre, le message iodé,
Défait ses chignons, longs phylactères,
Rubans télégraphiques, dont le chiffre,
Amas de tellines en croix,
Désignera l’endroit où chercher,
Poste restante, le courrier

Mettre de l’ordre dans
Les filaments d’algues déchiquetées.
Codex lacunaire

Il est l’heure

En mandorle

Échancrure

Pacte avec la poussière

Je lui offre le
Gîte, et elle me laisse tracer
Des carres sur son dos