ce que vos yeux vairons

Catégorie: M. de M.

METAROLOGIQUE

Clouer, un petit cadre de bois,
Dans un journal, la découpe d’un cerf-volant de papier,
Faire les poches à une porte, s’emparer de la clef,
Vous voilà flanqué, Franklin B., de ce qui se doit,
Attendre, ronger son frein, et ses doigts
L’orage est là, le prendre sous votre houlette
Devenir le berger d’un troupeau de mamma

Cascade et le nuage

P_20190616_182001_EFF_2_1

Naguère, Daguerre

À un instant près,
Ce qui resterait portrait.
Temps du ressemblant

Pare-brise

Météorique, une
Pensée de vous me traverse,
Et puis. Tout s’efface

Suite pour violoncelle

Depuis, partout

Il y eut un jour
Ce leitdmotiv en forme de
Vous, que je cherche

L’accomplissement,
Prétérit, les sentiments,
Figés dans leur glace
Et leur printemps, un jour, goutte à goutte

Sans vague

Jpeg

C’est un cent d’oiseaux,
Il est partout, surtout nulle
Part, sur la photo

Matin

Jpeg

Conte-tiki

Avez-vous une boîte en carton ?
Tout le monde a une petite boite en carton.
Sinon, votre main, mais il faut qu’elle ferme bien.
Je vous tends, au bout de deux boutons-pression, le bout marron de mes yeux.
Votre paume, y pressionner les deux petits ronds, attention, là, entre vos doigts, une rangée de cils, qui dépassent.
Demain, lorsque vous serez là-haut, ouvrez votre main, de l’autre, ombrez-moi.
Voir, enfin, la lisière du soleil
Sans être là

Récit corallien-4

L’infrason d’un mot murmuré si bas, qu’il ne laisse aucune trace.
Garder le souvenir d’une voix aimée, tourner sur le papier son sceau-cylindre, la voir dérouler les volutes de son indienne, lire une lettre.

Le haut cahier, page 54

L’île, ce ruban de Moebius, où même l’eau finit par être ciel, construction de l’esprit, ce bout de trottoir peut être île, et mes yeux, un coin de miroir, very small telescope.