ce que vos yeux vairons

Catégorie: In loving memory

L’irruption

Je lève la poussière sur les étagères de
La bibliothèque, chamboultou, quelque chose tombe
Ne dis pas le contraire, tu l’avais espéré
Je ne le nie pas. Forcer la main au destin
Quelque chose est un livre, le titre importe peu,
Ce qui compte, ou bien, conte, c’est sa voix d’outre-tombe
Les annotations si fines, micron de crayon, on
Les dirait écrites au cheveu, cheveu blond
D’Agnès, tombée du ciel de la bibliothèque
Je lis avidemment entre les lignes, le cours
De ta belle écriture, le passé pousse, tout neuf,
Des lettres enroulées, comme du liseron, sur
Une grille, une charmille du printemps.
Je repose le quelque chose sur le rayonnage,
Le penche sur la tranche, afin qu’il tombe bien,
Au prochain jour de ménage

À la claire fontaine

Un moutonnement,
Mer vaporeuse, cheveux neigent,
Blancs, Jeanne. Mère de Jean

Le long du vieux cimetière

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Le passage

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Hier

Majuscule de son

H, l’échelle, monter vers le

Grenier, sa poussière.

Agnès, avenue des Vosges, brosser Schnapouille et faire râler Elie et Jean-Pierre

Es ist ein Ros’ entsprungen

Morceau de pavé
Au pavot. Boulangerie
Murciano. Shtetl.

Agnès

Le hasard a un
Nom. La patience d’une mère.
La jonction est faite.