ce que vos yeux vairons

Catégorie: hiver

Il neige

À quai sous les toits
Les bateaux sont entrés dans
Les maisons. Le froid

En mémoire d’eux, fument
Les cheminées, des évents
De brique. Rouge sur mie

Au fond de la poche

Cinq pétales, au bout
Rosés, doigts, bouton serré,
La fleur s’ouvre, sépale

État de grâce

La neige va tenir
Elle se pose au jardin
Sur les immortelles

Petit heur

Il fut honeymoon,
Soleil d’été. Réduit, il
Luit, orange amère

Monte, et descend, vite,
Maintenant. Horloge, le long
De sa crémaillère

Tic-tac. Kumquat, les secondes

Le bonhomme de neige

Sa peau fond, ses yeux,
Un instant en suspension
Tombent, deux flocons noirs

Les baraques

Jpeg

La lumière y va
Mince, grise. Ses aplats de blanc
D’Espagne aux fenêtres

Epiphyllum

Fleur de bougie, qui
Ne s’épanouit que la
Nuit, corolle. Fumée

Vous, fleurs in petto,
En serre de la nuit, que j’aime,
Mes perpétuelles

Liniment

Quel onguent, sous le
Turban Mamamouchi, les
Doigts, odalisques

Ajax, vitres

Pschh, vapeur de doigts, dans la bassine d’eau
Le chaud, puis le froid les damasquinent, volutes digitales, en filigranes rougis

Humeur vitrée

Mes mains, comme ces singes des sources chaudes engourdis, cramoisies