ce que vos yeux vairons

Catégorie: haiku

Les yeux fermés

L’odeur verte, la lame

Qui passe dans le gras de l’herbe,

Sueur du faucheur.

Monter

Ne plus s’arrêter
A qui j’ai été, le bois,
Le feu, la fumée.

Dilution

Grimoire de la nuit,
Ses graphites gris noirs, le jour
Annonce la couleur.

Conduite intérieure

S’en remettre au
Vent, hasard tourbillonnant,
Là trouver sa voix.

A Marcx

Les jeux sont faits

Se sauver du cours
Amer des jours, jeter les
Dés en l’air. Tomber.

Venterol-Beaucaire

Dans son reliquaire,
De beaux étés gardois et
Drôme solitaire.

Bleu

Nuit, roi, essenciel,
Bleu glauque comme un vert mer, eau
De peinture. Deep Blue.

Auf den Spuren

En Pernambouc comme
Au Saskatchewan, les cieux
Sont-ils verts ou bleus ?

Un invité

De marque, ou pas,
Corsaire sans roi, là vont vos
Caravelles. Au vent.

Nuage

Tambourin dru de

La pluie, le vent ébroue les

Feuilles qui s’égouttent.