ce que vos yeux vairons

Catégorie: Guynemer

Chemin de servitude

L’oiseau bicéphale,
Immobile, ce qui l’entraîne,
Contraire, le déchire

L’oeil sur l’assiette

En faire tout un plat, de cette perspective qui change d’horizon

Un oiseau

Une boule de papier
Fabergé, défroissez-la,
D’une cursive s’envole

Rien est quelqu’un

J’attends rien, c’est bien
Plus qu’attendre, intransitif,
Rien a un visage

« Les chants de l’aube »

Roger et Claire

Aiment fort la friture,
Ablettes en chocolat, chien
Chaud au cacao

Sans vague

Jpeg

C’est un cent d’oiseaux,
Il est partout, surtout nulle
Part, sur la photo

Patrouille

Hélice en drapeau,
Une feuille du cognassier, or
Qui virevolte

Conte-tiki

Avez-vous une boîte en carton ?
Tout le monde a une petite boite en carton.
Sinon, votre main, mais il faut qu’elle ferme bien.
Je vous tends, au bout de deux boutons-pression, le bout marron de mes yeux.
Votre paume, y pressionner les deux petits ronds, attention, là, entre vos doigts, une rangée de cils, qui dépassent.
Demain, lorsque vous serez là-haut, ouvrez votre main, de l’autre, ombrez-moi.
Voir, enfin, la lisière du soleil
Sans être là

TO/GA

J’avais envie d’étang,
Une tâche me retenait,
Un ballon captif,
J’ai laissé faire mes doigts,
Un chien bien dressé,
En moi, un chien de la meute
A rongé la ficelle,
Assise à ma fenêtre,
Je me suis envolée