ce que vos yeux vairons

Catégorie: géographie

Les berges

Les sapins noirs, comme des mats. Les serres de leurs racines dans la chair froide des fougères brunies de froid. Le ruisseau gronde la rouille de son eau et sa tourbe sombre, où se regardent les voiles lourds des nuages, gris comme vieillards.

Ascendance

Max était un cavalier des noirs, un enfant de l’absence des lumières, d’un automne qui pactisait déjà avec l’hiver. Son ciel, couleur de plomb, le soleil, un tube de néon. Il s’était hissé bien au delà ensuite. Sa revanche sur les gris, les pluies, son adoubement par les nuages. Là haut, il ne faisait pas nuit.

Carteautrésor

AnjaarBOACCordillèreDamascusEireFonckGuynemerHoustonIgnitionJobourgKerguelenLaMériqueNorthernOscarPapaQuirinalRobinSausalitoTOGAUTAValparaisoWilburXhosaYcareZoulou

Contre le vent

Pas japonais des
Îles, quand les jardins du ciel
Sur la mer se penchent.

Douane

Fuir vers ses arrières,
La barrière du temps baissée,
Un garde-frontière.

Limes

Pieds
Endormis,
J’ai buté
Sur la borne
Enfouie
Sous
Un paquet
D’herbes
Couchées
Par la pluie,
J’avais
Oublié
Sa place
De pierre
Frontière.

Unclaimed baggage

Le tapis roulant,
Un sac posé sur le flanc,
Qui tourne, tourne

Péage

L’arche de votre

Dos, comme un chat en colère,

Un pont à franchir.

Chemin

Ressac

Silencieux

Des herbes

Sur ses rives,

Pierres

De rien

Sur ses

Revers

Pour seule

Décoration.

Ingrain

Je lisse du bout des

Doigts sa douce échine en dos

D’âne, son plan-relief.