ce que vos yeux vairons

Catégorie: froid

Aux couleurs

Il neige, sans surprise,
Blanc. L’hiver, eau écarlate,
Ne laisse aucune chance

La Truite, de Schubert

Maintenant que le jour approche, je reprends l’entraînement.
Mon épiderme se fait cerne, je réapprends le froid, le torrent qui cisaille les jarrets, et le rire de Sieghart, Falstaff, qui roule, tonnerre, sur le toit des bois.
Le long des joues, la ponce des larmes, la glace. La joie

Le jardin zen saigne

Jpeg

Jpeg

Ratissage à vif,
Pattes gercées de l’oiseau sur
La neige. Carres rouges

Buisson ardent

Lait, laban givré,
Il neige sur l’aubépine, sa
Goutte de sang, rouillée

Copycat

La lune a sa lune,
L’hiver, le soleil est son
Drageon, copie pâle

Absolument, rien

Anesthésie par
Le froid. Le jasmin d’hiver
Le sait. Ne sent rien

Liniment

Quel onguent, sous le
Turban Mamamouchi, les
Doigts, odalisques

Ajax, vitres

Pschh, vapeur de doigts, dans la bassine d’eau
Le chaud, puis le froid les damasquinent, volutes digitales, en filigranes rougis

Humeur vitrée

Mes mains, comme ces singes des sources chaudes engourdis, cramoisies

Velcrocs sur les vitres

Velours, dix doigts froids
En crochet, limaille de
Peau sur les carreaux