ce que vos yeux vairons

Catégorie: chat

Les yeux dans les yeux

Des deux, la mouche, seule,
Pleure. Le kaléidoscope,
Une mouche à sang froid

Jack Moineau

Le banquet est fini.
Et je fais les poubelles, je glane, les restes d’avril, brisures, cendre de jonquilles, une tige sucrée, une primevère, sucée jusqu’à la moelle, tout m’est manne, les verts-tilleul, le sirop du soleil sur les prés, la première hirondelle qui a le goût de tout ce qui est premier, une fraise, une cerise, un baiser volé.
Je suis un biffin, là, tout mon butin.
Mon temple, avril.

Autour de l’étang, segment 18

J’avance avec le
Soleil, il court, ombre, chien
Fou entre mes pas.

Une araignée

Son menton tremble,
Sa mantille, traversée par
Le vent, un monarque.

Black sabbath

Satan tendit sa tête pelée. Une oreille poinçonnée comme un ticket de métro, un oeil crevé, l’autre, jaune, posé comme une pièce de vingt centimes sur le haut de son museau.
Tout à fait le chat qu’il lui fallait. Un rescapé. Une teigne. La meilleure des sales bêtes. De celle qui vous adopte et qui vous colle à son service.
Hedda flatta la tête de l’animal. Un coup de patte lui rappela la règle. Pas d’attendrissement entre eux.

Un chat

Il vous circonvient

D’un regard, d’un coup de griffe,

Etablit les règles.

Chat

Le sceau de sa patte

Posé sur votre main vous

Désigne comme sien.

Le chat

Quand il vous adoube,

Ce saigneur de musaraignes,

Son vassal serez.