ce que vos yeux vairons

Catégorie: chanson

Le Jabberwocky ! Un métronome qui passe la démultipliée, une drôle de chanson, un ruban d’asphalte, lisse, et tout se gondole

Zazie, Speed

La ballade acide de Sally Cilique

Un bouton, d’un plâtre lisse, sans trou.
Non sécable.
Impeccable, et blanc.
Le jeter comme un hameçon.
Dans le verre, le bouillon.
Le bouton valdingue, comme un petit morceau de banquise.
Il se dissout.
Dissout, dissolu.
Peccable, impeccable.
Le bouton me fait la leçon.
La coupe est amère,
Veuve Paracétamol, quel succédané.
Champagne à damnés,
Le prendre en grippe.
Victoire à la Pyrrhus sur le virus.
Sabrer une Pol-Roger.
Enfin, pas tout de suite.

Les cendres

Quelque chose a changé,
Dans la vitrine de l’antiquaire,
Posé sur un bonheur-du-jour,
Un globe de verre et sa poussière,
Une châsse terne, celant, sanctifiés,
Les viscères de chiffon, les dragées
D’une petite mariée, il était une fois hier,
Une couronne de fleurs d’oranger,
Une mèche blonde, dernier maillon d’un chignon tressé,
Tout a fané dans l’urne de verre,
Sous le ruban, des cheveux blancs ont poussé,
Desséchée, la ronde de fleurs, sur le front émacié
De la petite mariée, son odeur douce-amère,
L’oranger a flétri, la noce est entrée en son hiver.

En sommeil

La nuit,
La nuit, je dors,
Tu vois,
Ce qui s’avance
Vers moi,
Des masques
Sans chair
En grotesque
Charroi,
La nuit,
La nuit, je dors,
Je crois,
Et ce qui
Jamais plus
Ne me vient,
En grand arroi,
Le songe,
La trace
De ta voix.

Tango

Mots sages, mensonges, leur
Valse lente, combien de temps,
Pour la fièvre d’un

J’écrirai,
Mon amour,
Jusqu’à
L’extinction
Du feu,
Jusqu’à ce que
La lumière
Du jour
Se pende à
Un réverbère,
Et creuse
Au matin
Sur vos joues,
La raie claire
D’un sillon.

Pierre, Pol ou Max

Que sera, sera.

Les dentelles de Montmirail

L’été, le pays des élytres, les ailes-vitrail des cigales, leur hymne stridulé au sommet d’une hampe, le mât d’un olivier.

Hildegarde

Scriptio continua

Encaisseràlire

Etàfumerlersget

Regarderplusloin.

Saint Nazaire

Une gymnopédie,
Qui va de son amble lent,
Au long las d’un pont.

Le pont, tablier
Posé sous les pas lents et
Doux d’un promeneur.

La lune, accrochée
A un hauban de fortune,
Cierge sur les brumes.