ce que vos yeux vairons

Catégorie: Bonheur

Très douce Irma

Bergère d’un troupeau

Immobile et chatoyant,

Lys, iris, lilas.

Les étangs

Ni mer ni mouette

Sur mes rivages, un moineau

Et une roselière.

Au pré

Tresses d’herbes, fagots

Mauves d’ancolies, fillette

A son éventaire.

L’annonciation

La nuit se retire,

Les deux merles troublent à

Peine le jour qui point.

La saveur de l’insouciance

« La ballade du mois d’août 75 » Charlélie Couture