ce que vos yeux vairons

Catégorie: Bonheur

« La première moitié de ma vie »

Je me souhaite, sans ironie, la même destinée que celle d’un empereur-jardinier, et pouvoir accoler d’un tiret, à mon premier pan de vie, celui si désiré, de jardinier. Cultiver littéralement mon jardin.

Rue de l’outre

Le temps passé,

En ces années passées

Qui désormais se fondent

Dans les brouillards

De ma mémoire,

A refaire le monde,

T’en souviens-tu ?

Arrivés le lundi,

Le jeudi repartis,

Rien dans le ventre,

Le sable du marc de café,

Et des nuages de fumée

Qui nous vêtissaient

De leurs encens.

Temps des enchantements,

Des demains tenus en nos mains,

T’en souviens-tu ?

 

 

 

 

Le Guerzido

Les agapanthes

Griffent

Le ciel

Qui

Saigne

Son bleu

Lavande

Sur

Leurs

Têtes.

Jour de fête

Les lumignons,

Joues de

Papier de riz

Rosies,

Lentement

Se bercent

Dans l’air

Doux

De la nuit,

Et se versent

En halo

Doré

Sur les têtes

De la noce

Attablée.

Pour Christophe

La Drôme

Vagues

Violines

De la lavande

Moutonnant

En une houle

Qui enivre

Les champs

Abstinents.

Derrière les persiennes

Touffeur agaçant

Les corps en quête du baume

Souverain de l’eau.

Oiselet

Enfançon d’oiseau,

Petit merle, casaque

De plumes bises.

Viatique

Petit diabolo,

Grenadine et menthe à l’eau,

Lunettes et chapeau.

Les veuves

Claires nuits de juin

Qui ont ôté leurs sombres

Sarreaux endeuillés.

Très douce Irma

Bergère d’un troupeau

Immobile et chatoyant,

Lys, iris, lilas.