ce que vos yeux vairons

Catégorie: Bonheur

S’Mannala im Kokosnuss

À coup sûr, il est
17h00 quelque part, jour
Austral d’un été

Sur la langue

Réveil, brindilles dans
La bouche, un battement d’ailes,
J’ai un goût d’oiseau

Do not disturb

Pin parasol, pin
Nuage, et saule crevette, je
Rêve, les arbres Oz

Quarteron

Le vieux pêcheur, qui ne pêche pas.
Il observe le vol d’un rapace, son ombre par dessus les champs.
« Eine Weihe! Bou-zarde ! », et son geste ample, un éventail qu’il ouvre vers le ciel.
Il fait l’effort, alors j’approche.
Mon approche, de quel genre, Adler ?
« Adler ? »
Hum, il hoche la tête.
« Kleiner », et il rapetisse l’oiseau, l’aigle fond, son envergure s’ajuste, et le bou-zarde se fait busard.
« Ah,jo »
Les aiguilles gothiques du hochdeutsch s’arrondissent.
« Du rädscht platt ? »
Je hoche la tête.
Tout ce qu’il me dit alors, dans notre langue, les sept sources, les écrevisses, il fait le geste, il claque des doigts, comme on claque des pinces, le temps passe, l’étang est rond, une table ronde, il n’y a pas de frontière, « Bis bald ! », nous sommes dans le cercle.

Autour de l’étang, segment 12

J’ai vu un oiseau,
Minéral. Ma voix, l’appeau.
Il frémit. S’envole.

Autour de l’étang, segment 4

Je marche tête au ciel,
Mon pied est un vieux cheval
Qui regarde loin.

Run, baby run

Je l’écoute.
Il marche à grandes enjambées.
Là, il trébuche.
Le coeur a des ampoules aux talons.
L’amour est une chaussure trop petite.

Encore

Sur l’ingrain grumeleux et blanc du papier peint du salon, quelque chose de sautillant. Le néon scintillant d’un rayon lumineux, le soleil et son dessin au crayon dansant, le temps de l’écrire, un nuage passe. Et tout s’efface.

Titan

Le vent et sa meute, qui n’épargne rien, ni les portes qui grondent, ni les volets qui gonflent les voiles de leur ferraille, ici, il est souverain, ses proies de bois et de pierre sont faciles, mais là-haut, pour les venger, l’étang, et l’eau qu’il montera en mur, des vagues dures contre lesquelles en vain la horde s’éreintera.

« Journal d’un homme heureux »

Se pencher sur soi comme sur une battée, et voir, le coeur battant, briller parmi le sable, les grains grossiers dont nous ferons notre or.