ce que vos yeux vairons

Catégorie: Alfred Deller

Lucernaire

La nuit, sur la forêt. Au désert de l’arbre,
L’oiseau anachorète, cantor d’une église endormie,
La branche où il officie est une scène vide,
Son chant s’égrène, grains noirs d’un chapelet de buis
O solitude

Regenbogen

La maison est traversée, Sébastien, Sebastienne.
Aiguilles, le soleil, et le soir, mikados d’argent, on est si près de la lune, un rai de musique en sourdine, un point d’acupuncture, l’oreille, en sommeil.

Damier

Haut, sous le pignon, un cône, de loin, on dirait une nasse d’osier, nid d’hirondelle, qui pousse, jour après jour, et la lave noire des oiseaux qui tressent, et criaillent, le mur blanc est falaise, Amorgos a ses moniales.

Leaves, ça veut dire feuilles, aussi

Quand parfois le vent la cintre jusque sur l’eau, la branche du saule grave sur la cire de sa surface quelque chose, le début d’un frisson.

Le cliché-coquillage, entre les roseaux, et les plis de l’image, le chant de l’oiseau

Jpeg

Jpeg

L.E.M., module 2

Être berger, suivre avril, ses saisons, son moutonnement, dans les champs qui osent, pays d’Oz, les verts et leur explosion, et le ciel qui fond son azur sur l’étang.

Autour de l’étang, segment 15

Le vent, les oiseaux,
Le vent les oiseaux tissu
De leurs voix. Si j’ose.

Là-haut, l’automne

Prendre le sentier. S’essuyer les pieds avant d’entrer.La forêt est une maison, on pourrait presque se déchausser. Les fougères sont froides, elles se sont éteintes avec la fin de l’été. Le matin, maintenant, elles crissent d’un gel léger, un vieux cuir desséché.
Les oiseaux sont là, mais on ne les entend plus.
« Mai ist vorbei, kein mood mehr for love fur den Vogel, Schaukelchaise ».
Siggi avait raison.
Le seul qui me parlait encore ici, c’était le torrent.
Sa voix de basse.
Tessiture de rocaille.

Voler

Un adverbe ou un
COD, s’arracher ou
Arracher un mot.

Leçon de musique

Promettez-moi,

Lorsque tout cela

Ne sera plus un jeu,

Quand vous ne rirez plus

Et grimacerez

De mes fautes,

Quand la coquetterie

De la discordance

Se fera verrue,

Et que l’enjeu

Du sérieux

Fera entendre

La basse sourde

De sa voix,

Que vous me direz

Encore que vous n’avez

Pas oublié combien

Le grain incertain

De mes cordes

Un jour aura pu

Vous troubler.