ce que vos yeux vairons

Alkékenges

P_20191004_181426_EFF_1_2_1_1_1_1

Troménie

La concession ne durera pas
La bruine est froide, et le vent cisaillant chasse les derniers pêcheurs, mes sharing partners
La couronne de l’étang est vide
Personne, les cabanes, comme autant de gemmes qui la sertissent, ont le ponton relevé
Je suis seule, avec le mauvais temps
Silhouettes vertes, et immobiles, félins à l’affût parmi les touffes de roseaux, les pêcheurs, silencieux, se sont diluées, la pluie
L’étang répond à mon désir, balance à fléau, son plateau penche en ma faveur
Mais la concession ne durera pas
Le temps varie

Elle dort

Grenat terne du corme,
Frotte la terre, en son coeur,
L’éclat d’une fleur

Fouir

Son coeur est de ces
Forteresses, Salses, à
Demi enterré

Les bas-fonds, l’étang

Décor de théâtre
Les nénuphars redescendent
Au noir de la fosse