Crayon vert

par marronbleu

Dessiner, du bout du doigt, l’ombre et la lumière
L’ongle, s’il est H, pour le contour sec de la chair
B, le noir de suie, sous l’ongle, le liseré de saleté,
Que l’on truelle sur le papier, le blanc s’oppose au grisé gras,
On trace, sans y penser, l’abstrait d’un visage, une fleur stylisée
Le soleil, crayon doré, traverse le tracé, jusqu’à l’intime de son épair