Die Schranke

par marronbleu

J’ai posé ma robe, à côté de moi,
Un corbeau, une corbeaute en dérobent des morceaux,
Je suis nue mais
Il y a sous la sueur, la peau,
Ce coeur, qui cogne, des profondeurs,
Et détourne leurs becs.
La robe, est noire de leurs plumes
Ils sont nus.
Qu’avons-nous fait