Seufzen

par marronbleu

Aux âmes, au Nord de l’Anaon, que remue
Le vent des prières des vivants, « Bist du bei mir »