Marigot

par marronbleu

À pas lents, le gnou se meut, sur son échine, la traîne des biqueboeufs sautillants, la multitude de leurs ailes se déployant cherchent l’équilibre, sur la croupe du gnou, s’ouvrent et se ferment, comme un coeur battant, l’éventail de la roue d’un paon