Passe le porche, les yeux

par marronbleu

Le réel s’arrête
Aux fanons de mes cils, qui
En filtrent le krill