ce que vos yeux vairons

Mois : octobre, 2018

R², red, Rothko

Rouge, les origines,
Peu’t, crachées, l’oxyde de
Fer sur la paroi

Les sumacs

Ce que tanne le froid,
Affres rouges, une coiffe d’Indien,
Pine Ridge, Wounded Knee

Aujourd’hui sûrement, noir et blanc

Jpeg

De contrebande

Je te dresserai
Comme un chien, coeur, marque quand
Il s’agit d’amour

Cité radieuse

Je souffle.
La surface de la photeau se trouble.
La photo.
Rosa se ride.
Je souffle, elle grandit, je souffle.
Il ne reste plus de peau sur l’os.
Un lambeau rose, presque.
Il pend comme un vieux rideau, fenêtre d’une orbite, la vitre a volé en éclat.
Tempête dans un verre d’eau.
Ne plus souffler.
Juste une buée tiède, de bouche à joue.
Le sortilège, le haut d’une pommette, qui rougit.
Rosa, pomme d’api.
Le temps, retourné, ruban de Möbius,
La paix, sur le petit papier noir et gris.

Rimsky-Minnelli

Les tombes se bariolent
Comme oiseaux de paradis,
Kitège-Brigadoon

Centonisation

Dieu n’a pas d’église, ou plutôt.
Mille et cent, autant que le nombre de ses enfants,
À côté de la tombe d’Elise, l’étrange syncrétisme,
Les morts se métissent,
Une borne de grès, couchée, car le chemin s’est arrêté là, et une croix de bronze, couchée sur la borne de grès,
Et les noms, alignés, à gauche de la croix.
Entre les lettres, un chapelet de petites pierres blanches.
Quelqu’un est venu là, souvent.
Un autre rivage.
La même mer, en partage.

Rosette, tête de linotte

Les petits poinçons,
Tridents cunéiformes,
Pattes des oiseaux

Dans la glaise du
Jardin, qu’y lire, ordonner
Le chaos, pierre de

Cold song

La petite abeille,
Qui vacille, un chrysanthème
Est sa fleur ultime

Sur le parvis de l’étang

En deuxième rideau,
Derrière les roseaux, pourpre
Cardinalice d’un

Maigre bouquet d’arbres,
Vinaigriers en concile,
Un foulque, pharisien