ce que vos yeux vairons

L’âge de pierre

Le rocher, un mortier qu’a creusé une éternité d’eau de mer, et la dureté de diamant d’un galet rond qui sera sable, après avoir été gravier, quand le temps aura passé, et le rocher se détachera, calebasse polie.

Le givre

Jpeg

« The go-between »

La lenteur, une fleur, et son corollaire, une échelle du temps qui ne mesure rien, pas encore, puisqu’il n’existe pas, le temps, une fleur d’avant la datation, rien n’est encore dit, ni écrit, l’homme est en bourgeon dans ce batracien, qui s’apprête à sortir de l’eau, soupe primordiale, et à haleter, pour la première fois.
Il y aura des aubes et des aubes, en myriades, mais rien ne compte, hormis cette respiration.

J’écris, j’ai oublié que mes poumons furent branchies.
Une aube lointaine, à peine rosée, forêt de Sumatra, haut dans le ciel, en contre-plongée, une accentuation, traînée de condensation d’un avion, tout en bas, un petit point, parmi la végétation, un arum titan déploie sa corolle, antédiluvien.