Apprenti

par marronbleu

Si je devais partir, partir lourdement chargé, la besace vide, l’étang fracturé, laisser ses tesselles glisser au fond de mes yeux, aux pieds d’un maitre, à Ravenne, pleurer toutes mes escarbilles, et là, lentement, l’étang ressemeler.