Ex machina

par marronbleu

Le décor.
Un grain de sable.
Sur la plage, voilà qu’un billot roule doucement, remué par les flots, un billot, ça gémit ? ça roule des yeux ?
Un grain de sable.
Je cherche du bois, pour faire un chandelier, du bois sec, à la forme torturée, juste la forme.
Ce bois qui râle me fait peur, ses noeuds sont cheloïdes, il craque, je ne vois pas en lui un chandelier, j’aimerais tant, le bois et moi, je ne dis pas, mais lui, le tronc, bloc de Pernambouc, qui bruisse, comme on bruisse, loin, là-bas, exotique, et moi, je bruisse la peur, je voudrais le repousser à la mer, mais elle ne le reprendra pas.
Maintenant, il est là, sur le sable.