Ancre, encre, le sang

par marronbleu

Suffira t-il de fermer les yeux, et de laisser faire les paupières, je ferme les yeux, et je gomme tout ce noir du paysage, les paupières, je compte sur vous, comme il longtemps, je comptais sur les effets du stylo effaceur à encre, qui jaunissait de son acide, les mots gros de fautes de mes copies.
Je cligne frénétiquement, mais sur la page blonde de la plage, rien n’y fait, rien ne fond, le billot, noir, couché comme un i foudroyé.
Il est noir, l’orage est passé sur lui.