« L’île mystérieuse »

par marronbleu

Je vous baptise Aldébaran, vous qui ne dites jamais rien, visiteur du soir ou du matin, petit point brillant d’un quasar américain.