A la criée

Prise, jusqu’à la taille.
Un Centaure, derrière son tablier.
Jaune, la toile cirée.
Et ses mains, rouges et épaisses, qui brassent leur houille.
Un crassier de coques, de bigorneaux, et des paquets d’algues, un chanvre brun, des cordes de goémon.
Ses mains, cuites au froid, posées là, comme des tourteaux.
Et sa voix qui s’éraille dans les aigus.
Sa harangue, sa scie, monotone, « Je les vends, je les donne ».
Un port, et sa Madone.