La miniature

par marronbleu

Venir.
Juste pour elle.
« Homme au barbat »
Un rectangle de soie, à peine plus large qu’une règle.
Long comme la paume d’une petite main.
Un cadre d’ivoire fendillé, tendant sa résille autour du musicien.
Les traits fins, peints au cheveu, il est assis à l’ombre d’un grenadier, sur un tapis aux motifs rouges et compliqués, qui semblent défier un ciel monochrome, bleu lin.
L’homme joue.
Un air de cour, une supplique, peut-être, dédié à une dame, quelque belle persane, qui écoute de loin.
Peut-être.
Sûrement.
Ferdowsî.
Le paradis.
Je tends l’oreille, la soie ne laisse rien filtrer.
L’homme joue, mais le jardin est silencieux.
On ne peut entendre le chant qui ne vous est pas destiné.