ce que vos yeux vairons

En sommeil

La nuit,
La nuit, je dors,
Tu vois,
Ce qui s’avance
Vers moi,
Des masques
Sans chair
En grotesque
Charroi,
La nuit,
La nuit, je dors,
Je crois,
Et ce qui
Jamais plus
Ne me vient,
En grand arroi,
Le songe,
La trace
De ta voix.

Sur les rives, le Nil

A la barbe de l’hiver, l’été, moqueur, éblouissant. C’était avant-hier.

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Ostension

JJpeg

Avant le vent, la pluie, les grands déchaînements promis, se tenir là, lorsque la nuit renoncera. Laisser faire le ciel.