La liaison

par marronbleu

Le froid, et sa lame, qui fend les yeux, et le regard, gourd, comme les doigts. Les odeurs ne s’ élèvent pas, elles sont là, sûrement, des odeurs d’eau, de plumes graissées, le vert noirci des roseaux. Le froid, un tampon de gaze posé sur le tableau.