ce que vos yeux vairons

Mois : septembre, 2017

A little house in the sky

Trouver une maison
Qui n’ait Dieu que pour le ciel,
Ivoire, un ciboire.

Lay a garland

Seul Mister May, lui
Seul, portant les linceuls de
Ses ensembles vides.

Addi(c)tion

Amour d’il, dit-île
Amour d’elle, dit-aile, deux et
D’eux, la mer. Le ciel.

Vu chez Christophe Charnay

via The thin red light — Christophe Charnay

Vitraux, la poussière

Ni sel, ni eau, sur
Les fenêtres, mais noir,
Le trait gras d’un khôl.

Chacun le sien

Au sable, lui dire
De ne pas s’en faire pour l’eau,
Elle trouve son chemin.

La source

Pas de mousse, je ne
M’allonge pas, se laisser
Boire, la voix de l’eau.

L’hiver, l’été

J’étais avec François, c’était un après-midi de février, gris et nuageux. Les vacances, on devait aller au cinéma, nous ne y sommes pas allés, la neige. Je me souviens de ces petites choses, je les garde en mémoire. C’était juste avant que je ne vous parle pour la première fois.
François est grand maintenant, je tourne la tête, c’était un jour de février, l’été.

Homme

Sur le plateau du
Bureau. La pomme, singleton,
Qui répond à un

Chandelier

Mes chères ombres, vos
Lueurs, quand vous brillez,  je
Me penche sur votre