ce que vos yeux vairons

La canne de Jeanne, la carpe de Marc

Voyez là, le vers,
Piqué dans l’hameçon, je
Pêche mon âme soeur.

 

Combustion spontanée

Tout me gerce, tous les
Feux, ceux du froid brûlent mes
Paumes, mon intérieur.

Marc

Ma vie décaféinée, sans aucun vous.