Arborescence

par marronbleu

Je suis là debout, sur ma banquise, tout est blanc et glacé. Le papier. J’en découpe des bouts pour l’oiseau, là haut. Tous les jours, il passe, c’est son territoire, mais il ne fond pas sur moi, mes grains de papier mâché, il n’en veut pas.  Demain, peut-être si je tends les bras, il se posera.