ce que vos yeux vairons

Fête-Dieu

Des tapis, leur lisse
Du blond au noir, tresses de
Fleurs rasées sur pied.

Les oriflammes

Séchant brûlantes au
Vent, toutes les gueules,
Géhennes, noires et rouges.

Là bas

Les peaux, tendues sur
De maigres tambours, les os,
Les poitrines creuses.

Le chien du bourreau

Son poil rayé, une
Hyène veillant un pyjama,
Une ombre affaissée.

Les ombres

Un pain amer, bile
D’un blé couché en gerbes au
Pied du Golgotha.

Metarpsychose

« Que n’êtes-vous mort. Vous me parleriez peut-être. Encore »
« J’irai à Delphes, faire tourner les tables. Consulter des Pythies à Hauteville House. Et je reste là, à remuer les sables froids de ma Barbade, ces runes où je ne lis plus rien »
Hedda.

Enfin

On naît, un jour, puis
L’on mord le mors, jeter les
Rênes. And growing up.

Yeah, yeah

Agnès, avenue des Vosges, brosser Schnapouille et faire râler Elie et Jean-Pierre

Tout à gagner

Se dire, sans l’ombre
D’un aveu, croître, pousse,
Nouvelle pelure.