Nocturne

par marronbleu

La forêt s’est tue.

L’oiseau-lyre, l’anche de son bec

Dans le vent tremblé.