ce que vos yeux vairons

Mois : septembre, 2016

Boarding

Departure

Arrival

Un don indésang

Ecriture

Private lecteur

J’ai eu des temps heureux, des temps où je me vidais de ma substance pour alimenter ma plume, encore et encore. Vous me lisiez alors. Désormais mes mots en flots taris se perdent dans les sables de l’oubli.

Au masculin du féminin

Trouver le temps de débusquer les sept erreurs

Au plus secret de ma chambre calfeutrée, bégonia à la boutonnière et tasse de nescafé, je songeais à Orlando tout en suçotant une bêtise de Cambrai. Je n’aurais pas du me coucher aussi tard, après les deux épisodes des « Petits Meurtres », mais il m’est difficile de résister au charme du commissaire Swann, et de l’inspecteur Lavardin.

Petite annonce

Ecri-vain
Crève-la-faim
Cherche mécène
Et sa fortune.
Prêt à céder
Huit doigts
De ses mains,
Deux lui suffisent
Pour tenir sa plume.

Supplique

Oh, ami qui me lisez,
Le blé des mots
Que je croyais nourriciers,
Seule farine que
Je sache façonner,
Mon four est froid,
Mon pain ne lève pas,
Nul ne veut de ma provende,
Je tends les bras,
Où tombera la manne ?
Oh Dieu, ne m’abandonne pas,
Vois ma crainte et mon désarroi,
Accorde moi la grâce
De me prosterner devant toi,
Je ne sais qu’écrire
Et je meurs de froid.

Cigarette

Sans le recours au
Vent, la fumée en nappes lourdes
Injurie les brumes
De l’étang.

Mondrian

Abscisses,
Ordonnées,
Carroyage
Des cieux,
Les nuages
Scarifiés
Par le rasoir
D’une aile,
Minces cicatrices
Surjetant
Les voiles bleu
Abysse
Du jour
A la nuit
Cédant.

Sans gravité

Vol en parabole,
Jonas en sa baleine de
Fer, léger comme l’air.