Chat perché

par marronbleu

« Si vous me lisez,
Si de ce temps particulier
Qui a vu des chaînes
Se défaire et puis tomber,
Si votre mémoire
Ne s’est pas froissée,
Si de ce que je vous ai écrit,
Seules, sages, les pages
Et l’encre ont pâli,
Si le temps qui va
Doucement coulant
En un filet d’eau
Qui s’entête et ne tarit
Pas encore, alors
Soufflez, soufflez
Sur les brûlis,
Dessous les cendres grises
S’attise un feu
De février, bûcher
De bois dormant,
Crayon, papier,
Mots grésillants,
Chauffés à blanc,
Ronde muette
D’une ritournelle… »

Hedda chantonnait. L’horizon dégagé, le ciel lavé à grande eau révélait son bleu ciel immaculé. « …qui dit entendez-vous quand je vous appelle ? »
Satan s’étira et lui tourna le dos. Le mélo, c’était pas son truc.