ce que vos yeux vairons

Mois : février, 2016

Autoportrait

Je me rends compte avec étonnement que ce qu’il y a de plus lisible en moi, ce ne sont rien d’autre que des mots. Qui je suis, une manière de brouillon. Cette impossibilité de se dire autrement mieux que par le truchement de l’écrit. Quand votre moelle est plus dans la plume au bout du doigt que dans vos paroles qui ne viennent pas.

Col relevé

Ce soir, les murs frais de la nuit, qui me sont plus légers que la touffeur du salon. J’aspire son doux noir, la tête dans les nuages, laine grise qui dérive devant la lune.

Unsere Frau Holle

Les mimosas en

Grains d’or qui poudroient sur nos

Têtes blondissantes.

Les moineaux

L’arbre, père patient

Donne la becquée à la nuée

De ses enfants.

Saint Avold

Elire un jour

Singulier pour vous

Ecrire, se départir

Du calendrier imposé.

Vous dédier un saint

Particulier,

Votre martyr sera

Le mien.

Carnaval

Dimanche de pluie,

Antichambre de l’ennui,

Charivari sous l’averse,

Et bière en perce,

Bouillie de confetti.

Boîte aux lettres

Qui traîne la patte,

Boiteuse à ne s’ouvrir

Que sur des factures,

Je tends ma main

Dans sa gueule ouverte,

Comme un dompteur

Cherche l’aventure,

Le coeur battu.

Nulle autre littérature

Que celle du bazar du coin

Vantant sa menuiserie

Et les clous de ma croix.

La lettre ne viendra pas.

Grosse légume

D’un pas décidé

J’ai vu ce matin

Un drôle de paroissien

Déambuler,

Un archer

Maraîcher,

Carquois sur le dos,

En dépassait le plumet

Vert de ses poireaux.

J’imaginais le pistoléro

Ceinturé d’oignons,

Au poing la grenade

D’un brugnon,

Et dans son holster,

Sait-on jamais,

Le canon lisse

D’un panais.

 

 

 

 

 

Rue de l’outre

Le temps passé,

En ces années passées

Qui désormais se fondent

Dans les brouillards

De ma mémoire,

A refaire le monde,

T’en souviens-tu ?

Arrivés le lundi,

Le jeudi repartis,

Rien dans le ventre,

Le sable du marc de café,

Et des nuages de fumée

Qui nous vêtissaient

De leurs encens.

Temps des enchantements,

Des demains tenus en nos mains,

T’en souviens-tu ?