D’azur et de chêne

par marronbleu

J’habite un pays de poche, aux contours indéfinis, dont la cartographie se dessine sous mes doigts lorsque j’en désigne les flancs, les piémonts, et  qui sous mon sortilège, ne laisse qu’à moi le privilège de contempler le bleu du lac de ses yeux.