Mortitude

par marronbleu

Le sable de ma vie,

Inexorable, file grain

A grain de son rocher

Friable à sa gravière.

A l’heure où je peine

A le contenir, il s’insinue

Entre mes doigts serrés.

Je sais le temps passé

A la peau rêche qu’il y

A laissé, ponce impitoyable.

Peau douce de la jeunesse.

Parchemin de la vieillesse,

Je prie que le temps s’abolisse.