Marcelle

par marronbleu

S’adossant au vent et à la rouille qui moisit les garde-fous de la jetée, il attend. Il dresse l’autel de ses offrandes, du pain pour elle, pour lui, du vin. De l’autre côté de la rue, j’attends avec lui. Elles sont nombreuses à croiser sur le front de mer. Seule une pourtant posera sous ses doigts la soie de sa tête. Sa bonne amie. Sa mouette.