La fosse des Mariannes

par marronbleu

Leurs abysses ouvrent

Le glauque de leurs bras au

Nautile que je suis.