Fournil

par marronbleu

L’air tiède

Et léger

De la rue

Quand la nuit

Se retire,

Lavé des bruits

Et de la sueur.

Et l’odeur

Clandestine

Qui se faufile

Comme un encens,

Et racole

De son arôme

De froment

Brûlant

Le flâneur

En maraude,

Nez au vent.