ce que vos yeux vairons

Mois : novembre, 2014

Un mal, des mots

Quand

Douloureux

Parfois

Il carde

L’émail

De sa voix,

Tantôt,

Grâce

Aux abois,

Se faufile

En funambule

Gracile,

S’encorde

Et se hisse

En pavois

Jusqu’à

La grève

Gercée

De l’orbe

De ses lèvres.

Comptine

Mon candide

Petit

Caméléon,

Balancier

En colimaçon,

Me surprend

A jouer

Les garçons,

Lorsque

De la pointe

De sa pince,

L’envie

Le prend

D’adoucir,

En petit

Croupier

Avisé,

D’un ou deux

Dés blancs

De Légo,

Mon petit moka

Au cacao.

Charivari

Les grotesques

Se désarticulent

En un branle

Macabre

Qu’ils gesticulent,

Hyènes

En meute

Qui s’aliènent

Au désordre

D’un monôme

Ricanant.

Une hirondelle

Majordame

Serrée

En sa queue de pie,

Laisse briller

La moire

De sa livrée.

Sautelle

Sur son échelle

De fil,

Et ponctue

Le velours

Du ciel

De la soie

De sa virgule.

Les vieux

Dans un sac,

Pour leur voyage dernier,

En dépouille

De leurs jours passés,

Paletot usé,

Eau de Cologne

Bon marché.

Cénote noir

De leur peu de poitrail

S’exhale, guttural et sombre,

Le chant haleté des entrailles.