ce que vos yeux vairons

La maison aux champs

Son corridor

Se jette

Rectiligne

Dans l’estuaire

Vert

Des herbes

En cheveux,

Négligence

Du jardin

Délaissé.

« L’adieu aux armes »

« Je crois aux forces de l’esprit » François Mitterand